Skip to content


[Lib 2.012] Les espaces sont le service : évaluation de la bibliothèque physique

Posté dans Compte-rendu, Enquêtes, Lib 2.012.

L’enregistrement de l’intervention est disponible sur le site Lib 2.012. Les documents (synthèse, verbatim de l’enquête) sont disponibles sur le site Edmonton Public Library.

Beth Wortman, Digital Literacy Librarian, Edmonton Public Library (Canada)
Carla Haug, 21st century Library Spaces Librarian, Edmonton Public Library (Canada

Contexte

L’impact des technologies, exemple de la bibliothèque Fisher-Watkins de la Cushing Academy (établissement privé) passée au tout-électronique, sans aucun livre. Plusieurs bibliothèques ont annoncé le passage au tout-électronique (bibliothèque d’école en Ontario). La bibliothèque Santé de l’Université John Hopkins avait annoncé un projet similaire en 2011 mais a du reconsidérer leur position.

La New York Public Library devait entreprendre d’importants aménagements de leurs espaces, ce qui impliquait la relocalisation d’une partie de leurs collections en accès indirect (dans un magasin à plusieurs kilomètres) et la multiplication des ordinateurs et des espaces type cafés dans la bibliothèque. Ce projet rencontra une forte opposition de la part des usagers et un puissant relais médiatique.

Est-il judicieux de vouloir faire ressembler les bibliothèques à des Starbuck, des cybercafés ou des centres communautaires ?

Stage sur les espaces de la bibliothèque du 21ème siècle

Le point de départ du projet est la notion d’espace public et sa transformation actuelle.

Deux bibliothécaires-stagiaires ont travaillé pendant 1 an à les bibliothèques publiques d’Edmonton avec pour objectif de comprendre comment les usagers utilisent les espaces (objectif) ; le but stratégique étant “nous créons des espaces virtuels et physiques ouverts, sûrs et inspirants”

Il existe beaucoup d’avis, provenant d’autorités en la matière, sur ce que devrait être les espaces d’une bibliothèque. Mais priorité d’orienter la recherche sur le public local, approche ethnographique : enquêter sur ce qu’ils font dans les espaces.

4 questions pour comprendre les usagers

  • que font les usagers dans les espaces d’EPL (Edmonton Public Library) ? (qui sont-ils ? quand viennent-ils ? quelles activités ?)

  • Comment voudraient-ils utiliser les espaces ? leur donner la parole, enregistrer leurs réponses (qu’aiment-ils dans les espaces ? que désapprouvent-ils ?)

  • quelles sont les tendances actuelles et futures en matières d’espace de bibliothèque et d’activité d’usagers ? (en se basant sur l’expérience des autres bibliothèques, qu’est-il possible d’essayer ?)

  • Comment faire converger, au mieux, espaces et besoins des usagers ? (faire des recommandations)

Méthode

Mix de méthodes :

  1. observation (seating sweeps ou behavioural mapping). Observation dans toutes les annexes de l’EPL : 3 fois par jour pendant 3 jours dans chaque annexe, elles se sont baladées dans tous les espaces publics de la bibliothèque en notant qui était présent, ce qu’ils faisaient, quels équipements étaient utilisés. En quelque sorte, une photo à longue durée d’exposition des usagers

  2. Parler aux usagers (et au personnel) : questionnaires, entretiens, incitation à faire des photos, inventaires de site.

    • questions sur le background des usagers, sur leur visite à la bibliothèque
    • visites aux annexes pour introduire l’enquête. Questions au personnel : ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas pour les usagers.
  3. État de l’art : pour relever les tendances dans le monde

Résultats de l’enquête

Qui sont-ils ?

D’après les observations :

9834 individus [note perso : méthode basée sur l’observation donc pas déclarative ; catégories de représentations très larges, non-scientifiques] : adulte, jeune adulte, ado, enfant scolarisé, personne âgée.

Beaucoup étaient en groupe : circulant dans la bibliothèque, enregistrant leurs emprunts, installés à un ordinateur (40%).

D’après les questionnaires : 1517 répondants (66% de femmes), pour raisons légales, elles n’ont pas pu recueillir l’avis des moins de 18 ans ce qui a posé problème pour l’analyse des résultats.

Que font-ils ?

D’après les 13567 activités observées :

  • 24% parlaient à d’autres personnes
  • 15.8% sur un ordinateur
  • 14.6% circulant
  • 9.5% lisant
  • 4.4% interagissant avec le personnel

L’importance de chaque activité varie en fonction du sous-groupe étudié. Si parler à d’autres personnes est l’activité principale des moins de 35 ans, pour les 35-60 ans, c’est le feuilletage et lire pour les plus de 60 ans.

En se focalisant sur l’utilisation des ordinateurs (2287 observations), on remarque que la première activité est consulter des sites web (28%), puis utiliser Facebook (22.4%), jouer (19.2%),  regarder des vidéos (12.1%) et lire ses mails (8.6%). L’utilisation des ressources de la bibliothèque arrive après avec 4.3% et en dernier utiliser la suite OpenOffice.

La répartition des activités Ordinateurs montre que Facebook est surtout utilisé par les ado et jeunes adultes, le jeu par les pré-scolaires, les enfants et les ados (mais le jeu est présent dans toutes les catégories d’âge). Les ressources de la bibliothèque sont utilisées par les plus jeunes et les plus âgés.

que déclarent-ils faire ?

cette question ne porte que sur les répondants à l’enquête, c’est à dire les plus de 18 ans. Ceci explique en partie pourquoi les résultats sont si éloignés des activités observés :

  • emprunter/rendre des documents 87%
  • chercher des documents 62%
  • trouver un document en particulier 45%
  • utiliser les ordinateurs 32%

qu’apprécient-ils dans les espaces ?

(données issues des entretiens)

  • accès aux collections tout supports confondus
  • accès aux ordinateurs et internet
  • espaces dédiés aux enfants
  • confort et esthétique
  • espaces calmes
  • espaces de groupe et de socialisation

que désapprouvent-ils?

  • accessibilité des collections (notamment pour les réservations), problème avec les portes et les escaliers
  • manque de flexibilité des espaces (ils veulent des place calmes ET des connexions pour les ordinateurs portables)
  • bruit
  • esthétique, manque de fenêtres, peu d’œuvres d’art dans les locaux

Qu’attendent-ils de nous ?

  • de la flexibilité (mobilier amovible, accès aux branchements, large allées, des espaces et des collections accessibles)

  • de la technologie (espaces tech-friendly, accès continu surtout pour le wifi, des espaces pour le jeu)

  • des collections (accès continu aux collections, des collections enrichies et une organisation des collections compréhensible)

  • du zonage (zone calme, zone social, zone Technologies)

Ils veulent surtout des espaces. Les espaces SONT un service public, les espaces sont un service tout court

Taggé , , , , , , , .


0 réponses

Suivez la conversation, abonnez-vous au flux RSS des commentaires de ce billet.



HTML possible

ou, répondez à ce billet via trackback.