Skip to content


Enlarge your DTPAES*

Posté dans Enquêtes.

On a beaucoup entendu parler d’horaires d’ouverture avant les vacances. Mais à y regarder de plus près, le nombre d’heures d’ouverture n’est pas forcément le meilleur indicateur pour rendre compte de situations très diverses. Entre une salle de travail de 50 places ouverte 65h par semaine et une bibliothèque de 500 places ouverte avec la même amplitude, il existe une différence significative. Pourtant, les deux pourront afficher le même nombre d’heures d’ouverture.

Pour remédier à ce problème, il existe un indicateur appelé *Disponibilité Théorique des Places Assises par Étudiant et par Semaine. Dérivé des mesures en place dans les bibliothèques britanniques, cet indicateur a l’avantage de prendre en compte différents paramètres : l’amplitude horaire mais aussi nombre de places assises et population à desservir.

La DTPAES se calcule de la manière suivante :

DTPAES= (nombre d’heures d’ouverture hebdomadaire*nombre de places assises)/population à desservir

Revers de la médaille, à multiplier les paramètres, on perd en lisibilité. L’indicateur est plus « synthétique » que le simple volume horaire hebdo. On peut l’interpréter de la manière suivante : « en supposant qu’on veuille que chaque étudiant passe autant de temps que les autres dans la semaine assis à la bibliothèque, il faut que chacun cède sa place à un autre au bout de x heures y minutes. »

Un exemple valant bien des discours, prenons le cas d’Angers (au hasard) :

En 2009-2010, la BU Droit ouvrait,en moyenne, 65h20min par semaine, disposait de 459 places assises et desservait 4530 étudiants. Ce qui donne une disponibilité théorique de 6h37min.

En 2010-2011, on passe à 77h47min d’ouverture hebdomadaire moyenne, 850 places assises et 7757 étudiants à servir (fusion de 2 BU donc des UFR correspondantes), on atteint une disponibilité théorique de 8h44min. En se basant uniquement sur les périodes de plus large ouverture (84h pendant 39 semaines), on arrive à 9h26min.

Pour la BU Lettres, Sciences, SHS, la disponibilité théorique d’une place assise dépasse les 10 heures  (10h26min).

Un indicateur de ce type n’a de valeur que s’il est connu et employé par tous. Il est toujours utilisé dans les rapports statistiques du ministère (on le retrouve dans ASIBU) mais on peut regretter qu’il apparaisse peu dans les rapports d’activité des BU ou dans les débats sur les extensions. L’avez-vous déjà calculé pour votre BU ?

Ajouter des places assises, étendre les horaires d’ouverture ou réduire la population à desservir, vous saurez maintenant comment élargir votre DPTAES.

Remerciements à P.-Y. Renard pour ses lumières sur cet indicateur.

crédit photo : stgermh, licence CC by-nc-sa

Taggé , , , .


5 réponses

Suivez la conversation, abonnez-vous au flux RSS des commentaires de ce billet.

  1. antmeyl dit

    Il y a un problème avec cet indicateur dans la mesure où l’ouverture hebdomadaire affichée n’est pas uniforme sur l’année.
    Il y a des périodes où les BU ouvrent moins et d’autres où elles sont carrément fermées
    Du coup, pour être pertinent, il faudrait utiliser non l’ouverture hebdomadaire mais le nombre d’heure d’ouverture annuelle non?

  2. antmeyl dit

    laisse tomber, j’ai lu trop vite, je viens de voir que tu utilisait une moyenne annuelle, autant pour moi.
    Je vais voir si on peut calculer ça chez nous

    • nicoAsLi dit

      c’est ce que j’allais te répondre 🙂
      j’ai pris le volume horaire moyen pondéré (par le nombre de semaine). Je n’ai pas pris en compte les semaines de fermeture (peut-être une erreur d’ailleurs). Ces chiffres valent donc pour toutes les semaines d’ouverture de la BU, pas sur l’année complète.

  3. eso62 dit

    Bonjour,

    Indicateur que je ne connaissais pas mais qui me semble plus pertinent que le simple nombre de places assises…..
    Petite remarque cependant : est-ce pertinent pour la population à desservir de prendre le nombre d’étudiants inscrits dans les UFR ? parce que malheureusement, beaucoup abandonnent en cours de route et d’autres ne viendront jamais à la BU… Ne vaudrait-il mieux pas prendre en compte le nombre d’inscrits de la BU (pondéré pourquoi pas) ce qui refléterait mieux la réalité des usagers potentiels (universitaires et autorisés) ?

  4. froggydol59 dit

    Bonjour, juste une petite contribution sans prétention que de faire avancer la conversation :
    Il me paraît essentiel de définir des valeurs référent(e)s (exemple comme chez EDF semaine creuse, semaine pleine) qui ont pour but d’une compréhension rapide de cet indicateur (pour situer aussi le lecteur averti : où se situe ma BU ?)
    D’autre part, l’intérêt d’un indicateur (en général) est de le suivre au fil des années, d’y ajouter ou de le croiser avec les différents événements de l’année.



HTML possible

ou, répondez à ce billet via trackback.